Partir avec bébé en vacances

Pour de nombreuses personnes, l’arrivée d’un enfant dans la famille signifie l’arrêt plus ou moins prolongé des voyages. Une nouvelle vie s’amorce. Pourtant, il est tout a fait possible de continuer à sillonner le monde lorsque l’on a des enfants, y compris lorsque ceux-ci sont très jeunes. Conseils utiles….

vacances-bebe

Partir avec bébé

Bébé vient d’arriver à la maison. Un événement important, attendu avec impatience. Mais, et les voyages qu’on aime tant ! Pourra-ton partir comme avant avec ce petit bout de chou ?

A quel âge peut-il partir ?

Même si bébé peut prendre l’avion dès ses 15 jours, il est préférable d’attendre un peu pour que vous profitiez également de votre voyage en toute sérénité. Six mois-un an semble être un âge raisonnable, bébé ne marche pas et il est donc facile de le surveiller : il mange ce que vous lui donnez et n’est pas encore trop lourd à porter.

Passeport
Règle importante, n’oubliez pas de faire inscrire votre enfant sur votre passeport ! Un nouveau passeport vous sera établi gratuitement, pour la durée restant à courir de l’ancien. Prévoir photos (celle du bébé n’est pas obligatoire), attestation de domicile. Pour voyager en Europe, une carte d’identité et un livret de famille suffisent.

Avion
En règle générale, les compagnies font payer de 10 à 30 % du prix du billet A/R aux enfants de moins de 2 ans (certaines offrent même la gratuité). Bébé n’aura pas de siège mais un berceau (70 cm de long) que l’on fixe après le décollage à une paroi en cabine face à vous. Pour l’obtention d’un siège, obligation de payer plus avec le tarif enfants. Petits pots et lait sont normalement fournis, parfois quelques petits jouets, mais comme ce n’est pas toujours le cas, mieux vaut prévoir un minimum.
De 2 à 12 ans les prix sont plus variables, la réduction va de 50 % à rien du tout (notamment en charters hors Dom-Tom)
Un privilège souvent réservé aux bébés et à leurs parents : embarquer en premier.
Au décollage et à l’atterrissage, faites boire bébé pour qu’il déglutisse et n’ait pas mal aux tympans. Dans les avions, comme dans les trains, il existe des toilettes équipées pour langer bébé. Les hôtesses seront aux petits soins avec vous.

« Je viens aujourd’hui de découvrir (après 3 enfants et de nombreux voyage avec eux) qu’un bébé de moins de 2 ans peut avoir un siège pour lui tout seul à condition de payer un billet tarif enfant pour lui. C’est une info qui n’est jamais proposeée aux parents. C’est vraiment dommage, car combien de fois avons-nous renoncé à des voyages car la seule perspective de passer 8, 10, 12 heures ou plus avec un bébé sur les bras nous décourageais à l’avance… Nous l’avons pourtant fait quelques fois mais c’est quand même galère ! Alors voilà une bonne nouvelle si toutefois on accepte de consacrer un petit peu plus d’argent au budget transport… mais je pense que cela vaut vraiment le coup ! »

    Où partir ?

Mieux vaut tenir compte des conditions de transport et d’hygiène. Éviter les climats trop chauds, trop froids ou trop humides. Si vous n’avez que 10 jours de vacances, ne partez pas au bout du monde.
En Asie, les bébés et enfants occidentaux bénéficient de toutes les attentions. Bébé passera de bras en bras et visitera deux fois plus que vous : les cuisines des restaurants, les voisins… On le montrera à toute la famille. C’est un rituel auquel il faudra vous habituer et vous prêter avec bonne humeur – du moins si l’enfant l’apprécie – car ce sera l’occasion de lier des contacts avec la population.
Si vous allez dans des endroits chauds, faites attention à ne pas exposer bébé au soleil avant l’âge de 3 ans. Prévoyez une crème solaire écran total pour enfants.
Bébé s’adapte partout et se sentira bien si ses parents sont eux-mêmes heureux. Par contre, comme à la maison, il ressentira vos angoisses. En restant vigilant et en y allant progressivement, vous pourrez aller où bon vous semble.
Les premiers jours bébé aura, comme vous, quelques problèmes avec le décalage horaire.

    Que peut-on faire avec bébé en voyage ?

– La marche : votre façon de voyager va sûrement changer. Les treks en haute montagne sont absolument à proscrire, bébé ne supportant pas l’altitude. Par contre des randonnées d’une demi-journée sont tout à fait envisageables; pensez toujours à protéger bébé du soleil (chapeau, crème, lunettes). Le camping peut également être une bonne façon de s’imprégner de ces instants magiques en pleine nature.
– Le vélo : une autre façon de partir avec son bébé, mais là il faut être équipé d’une remorque pour un long parcours ou apporter son siège-bébé s’il se tient déjà bien assis (faire un essai avant de partir).
– Louer une voiture : la solution facile pour voyager avec votre progéniture; indépendance, confort. Inconvénient : coût plus élevé, contacts restreints avec la population.
– Les monuments : les visites des sites et autres temples seront limitées car votre enfant trouvera peut-être le temps long et son intérêt sera certainement moins grand que le vôtre. Donc, trouvez un juste équilibre pour satisfaire toute la famille.
– Les spectacles : les spectacles se déroulant généralement le soir, bébé préférera dormir que de se retrouver dans la foule. Ne pas abuser quand même de ce genre de divertissement ou alors faites le garder.

        Randonnée au Népal :
« Il est possible de randonner au Népal avec des enfants même en bas âge. Le pays regorge de petits chemins inédits qui permettent de découvrir le pays à l’écart du flot habituel des trekkeurs. Une bonne équipe locale est toutefois indispensable, porteurs réservés aux enfants qui les aideront au cours du chemin et les porteront en cas de besoin, petites étapes de 2 à 4 heures de marche par jour, faible altitude, moins de 2.000 m, et peu de dénivelés. Lors de la randonnée, la nourriture préparée par le cuistot doit être sûre : riz, nouilles, pizza, frites. Il est aussi rassurant pour les enfants de dormir sous la tente avec papa et maman. N’emportez pas de poussette car la circulation est impossible. On trouve du lait en poudre et quelques couches à Katmandou, mais je n’y ai pas vu de petits pots.
(M. B)

Rencontres
Un des aspects les plus sympas de voyager avec un bébé, est la rencontre avec les autres enfants et parents du pays. N’hésitez pas à parler avec les gens. Dans les marchés, la rue, les bus ou les restaurants, le contact est vraiment facile et votre bébé sera immédiatement le centre d’intérêt. Des moments de rigolade et d’émotion que vous n’êtes pas prêts d’oublier !
A noter que les difficultés de communication entre les peuples ne sont pas un problème pour les enfants. Un geste, un regard, des cris, seront les signes de dialogues, d’échanges et de communication.

    Transports sur place
Attention aux longues heures passées dans les bus, trains, avions. Si vous envisagez un trajet assez long, prévoyez toujours de quoi manger, boire, un change sous la main et un repos de quelques jours par la suite. Evitez les endroits bruyants comme les gares routières, les bus bondés, les trains déglingués. Aménagez-lui un minimum de confort, des plages de calme, d’espace et de repos chaque jour.

Hébergement
Préférez des chambres propres et confortables où bébé se sentira bien et pourra dormir tranquille. Si votre enfant s’endort n’importe où, un matelas posé au sol fera l’affaire, à moins que vous ne préfériez transporter un lit parapluie En Asie, les lits-bébé sont rares dans les guest-houses. Dans certains hôtels, vous trouverez des services de baby-sitting ou des bonnes âmes qui se dévoueront pour garder votre bébé quelques heures. Bébé aura plus que jamais besoin de son bain quotidien : on trouve en France des baignoires gonflables. Sinon une bassine, un seau feront l’affaire.
On peut penser que les bébés n’aiment pas changer trop souvent d’endroits. Et pourtant..

« Pour notre part après une semaine passée tranquillement à Ubud, histoire de s’acclimater, nous avons été étonnés de voir que notre enfant appréciait les transports en commun. C’était amusant, il y avait toujours quelqu’un qui jouait avec lui, les paysages changent, le klaxon… Aucun problème non plus pour dormir dans une nouvelle chambre. Nous en avons donc profité pour bouger un peu plus souvent et effectuer de belles promenades, bébé dans le sac à dos. »

    Quelles affaires emporter ?
– Trousseau : prévoir des affaires de rechange au moins pour une semaine. C’est léger, non volumineux et utile car bébé se salit très vite et les parents n’ont pas que la lessive à faire. Prendre des vêtements en coton amples et faciles à laver. Prévoir toujours un vêtement chaud pour les soirées (en altitude au moins) et pour l’avion.
– Couches : dans les endroits touristiques, on trouve des couches mais ailleurs, n’y comptez pas. Mieux vaut apporter un stock minimal de couches avec soi. Cela pourra au moins être utile pour la nuit, car les modèles de couche trouvés localement sont plus ou moins absorbants. Ou encore prévoir, comme dans le bon vieux temps, des couches en tissus à laver au fur et à mesure.
Equipement : prévoir un sac à dos pour transporter bébé, très utile, pour les randonnées. Ensuite, suivant la destination, prendre le strict minimum pour vous, et laisser la place disponible dans vos sacs à dos pour les affaires de bébé. Et puis, facilitez-vous la vie, et faites comme les gens sur place; vous ne vous en porterez que mieux. Plus vous serez légers, plus vous serez mobiles et décontractés.

Alimentation
Plus l’enfant est petit et plus c’est facile. Si la maman continue à l’allaiter, c’est l’idéal ! Vous pouvez aussi apporter en complément un stock de petits-pots ou au moins une petite dizaine pour dépanner. Sinon dans n’importe quel restaurant ou guest-house, vous pourrez demander une soupe, faire cuire et mixer des légumes, faire une compote, écraser une banane…
Ne comptez pas nourrir bébé pendant un mois avec les petits pots achetés sur place. Selon les destinations, la variété est très limitée (deux ou trois sortes de légumes) et c’est aussi cher, sinon plus, qu’en France. Les goûts sont également différents. Préférez de toute façon des aliments cuits, évitez les glaces et les jus de fruits non stérilisés.
Un bébé boit par jour 150 ml/kg avant un an, 125 ml/kg de 1 à 3 ans, 100 ml/kg de 4 à 6 ans. L’eau minérale – ou du moins purifiée ou filtrée avec une pompe céramique – est préconisée en voyage. Prévoyez au moins deux biberons en plastique stérilisables et une boite hermétique pour garder le lait de bébé. Essayez autant que possible de respecter les heures des repas.

    Quelles règles de santé respecter ?
Avant de partir, vous pouvez consulter un pédiatre, et si nécessaire un pédiatre en médecine tropicale (entre autres à l’Institut Pasteur, 209 rue de Vaugirard, 75015 Paris).
– Paludisme : si vous partez dans un pays en zone impaludée, il faudra donner à votre bébé un traitement. Renseignez-vous auprès de votre docteur. Pour un enfant de moins de 8 kilos, celui-ci se composera souvent, un jour sur deux au cours d’un repas et en même temps, d’une cuillère/mesure de nivaquine en sirop pédiatrique + 1/2 comprimé de paludrine (comprimé à 100 mg) écrasé dans la compote. Commencez la veille du départ, poursuivez pendant tout le séjour et 4 semaines après le retour en France. Une corvée à respecter srupuleusement.
– Diarrhée : prévoir du lactéol à mettre dans une compote, lui donner du lait en poudre adaril qui lui permettra de ne pas se déshydrater et lui donner les sels minéraux nécessaires. En cas de diarrhée, le plus grand danger est la déshydratation. Donc, être vigilant et faire boire bébé le plus souvent possible.
– Fièvres, douleurs : si c’est le moment choisi par bébé pour faire ses dents, prévoir un produit pour les poussées dentaires. Se munir de doliprane (préférez le sirop aux suppositoires dans les pays chauds) pour les poussées de fièvre ou les douleurs.
– Autres médicaments : un collyre pour les yeux. La bétadine aqueuse pour toutes les écorchures. Une pommade pour les érythèmes fessiers fréquents avec la chaleur. Un antibiotique style clamoxyl pour les états fébriles.
– Apportez avec vous le petit manuel santé donné à la maternité : il répond à la plupart des questions que l’on peut se poser. En cas de problèmes, consulter un docteur sur place ou faites appel à votre assistance en les appelant en PCV. Si vous êtes titulaire d’une carte bancaire, vous avez droit à une assistance valable pendant 90 jours de voyage consécutifs. Ils répondent à vos questions de santé en voyage.

Bon voyage avec votre bout de chou !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *