Check-up vacances

Le premier site internet destiné aux voyageurs suisses passe au scanner les risques pour la santé hors de nos frontièresvacances

Les Suisses ont la bougeotte. Chaque année, nous sommes un million à partir dans les pays tropicaux et subtropicaux. Le hic, c’est que ces contrées délicieuses recèlent aussi des maladies infectieuses redoutables.

Mais voilà, au mot vacances, on oublie tout. On anticipe sans limites le plaisir, pas les maladies et autres ennuis de santé qui pourraient surgir sur place. «Trop peu de gens se renseignent avant de partir en voyage, confirme le Dr Louis Loutan, des Hôpitaux universitaires de Genève. Pourtant, être informé sur certains risques, savoir comment les réduire, se faire vacciner le cas échéant sont autant d’étapes en vue d’un séjour réussi, sans problèmes de santé.»

D’où l’idée de créer un site internet grand public destiné aux pressés, avides d’infos rapides et fiables. Le résultat? Un site en français et en allemand qui a été mis au point par des experts en médecine des voyages de Genève, Zurich et Bâle.

www.safetravel.ch est un must pour ceux qui souhaitent se renseigner précisément sur la destination convoitée et s’y préparer de manière optimale, sans bouger de devant leur écran. Ou presque: pour les vaccins, le site vous communique la consultation spécialisée la plus proche de votre domicile.

Outre des mesures de prévention, safetravel.ch propose des flashs santé mis à jour chaque semaine. Mieux, le voyageur virtuel est connecté à l’actualité d’une manière concrète. Choléra en Tanzanie, encéphalite en Australie: les conséquences pour lui en termes de vaccins ou de recommandations particulières sont analysées.

S’agissant d’une météo déchaînée, type ouragan, ou d’une tendance à prendre les touristes pour des otages, comme aux Philippines, les auteurs du site n’omettent pas de faire des liens avec les départements fédéraux concernés.

La malaria… au retour

Une fois revenu de vacances, le quotidien reprend rapidement le dessus. Pourtant, souligne Louis Loutan, rentrer sans avoir été malade ne signifie pas que l’on soit tout à fait hors de danger. «La malaria reste la maladie phare à craindre et à ne pas négliger car elle est potentiellement mortelle. Elle représente 25% des fièvres au retour de voyage.»

D’ailleurs, pour les spécialistes, la présence d’une fièvre chez une personne qui revient d’un pays tropical est un paludisme (malaria), jusqu’à preuve du contraire. Raison pour laquelle il est essentiel de prendre des précautions (médicaments, arsenal anti-moustiques) dans les régions du monde touchées par cette affection.

Reste qu’en médecine, le risque zéro n’existe pas. Pour preuve, rien n’empêche un moustique infesté de prendre l’avion en provenance des tropiques. Et de transmettre impunément le parasite à un habitant riverain de l’aéroport de Genève ou de Zurich.
En bref…

Décalage horaire. Pour remettre plus vite nos horloges biologiques à l’heure, il faut vivre à la lumière du jour, le plus puissant indicateur horaire, et adopter le rythme diurne local. Vol de jour vers l’ouest (Genève-New York): durant le vol, évitez de dormir. En arrivant, exposez-vous à la lumière du jour. En option: le recours à un léger somnifère en cas d’insomnie. Vol de nuit vers l’est: durant le vol, dormez le plus longtemps possible. A l’arrivée: exposez-vous à la lumière naturelle, évitez une longue sieste durant la journée.

Accidents. Les accidents de la route représentent la première cause de mortalité des Suisses à l’étranger. Conseils: renoncer, si possible, à rouler la nuit (les véhicules n’ont pas toujours de phares); éviter les transports locaux ou choisir un car récent; vérifier l’état de la voiture si elle est d’origine locale. Deuxième cause de décès des voyageurs, les accidents de natation (surtout noyades et accidents de plongée). Alors prudence…

Fièvre. Certaines maladies redoutables, comme la malaria, ont des débuts insidieux et prennent des airs de banale grippe. Le symptôme qui doit faire tilt: une forte fièvre. D’autres infections, telles que la fièvre typhoïde, la dengue, l’hépatite, la bilharziose, la méningite se présentent également avec de la fièvre. Bref, ce symptôme doit conduire au plus vite chez un médecin pour vérification, même si vous aviez pris une traitement préventif contre la malaria.

loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *